LE DIRECT
.

Qui suis-je ? Sartre et la question du sujet


Hermann, 2015

Description

n 1966, Sartre déclare : « si l'on persiste à appeler sujet une sorte de je substantiel, ou une catégorie centrale, toujours plus ou moins donnée, à partir de laquelle se développerait la réflexion, alors il y a longtemps que le sujet est mort ». Ainsi, à sa manière, Sartre participe-t-il lui aussi à l'enterrement du sujet. Mais c'est au nom d'un autre sujet, un sujet non substantiel, dont l'identité est toujours en sursis, tout à la fois libre et aliéné, essentiellement vulnérable car toujours happé sinon par la névrose du moins par l'inauthenticité. C'est à l'explicitation critique de ces différentes déterminations que cet essai est consacré.

Les dernières publications sur Philippe Cabestan

Sartre, L’être et le néant (3/4) : Une psychanalyse sans inconscient?
58 min
Les Chemins de la philosophie
LE 10/01/2018

"Il n’est pas un goût, un tic, un acte humain qui ne soit révélateur" (Jean-Paul Sartre)

Etre et Temps de Heidegger (1/4) : Qu'est-ce que le Dasein ?
50 min
Les Chemins de la philosophie
LE 29/05/2017

Pourquoi l'être authentique se définit à partir de la possibilité de la mort ? Avec Philippe Cabestan, en route sur les chemins et le dédale de l'être...

Les philosophes par eux-mêmes (1/4) : Les Mots de Jean-Paul Sartre
51 min
Les Chemins de la philosophie
LE 16/01/2017

Sartre par lui-même, c’est, comme il le disait en 1976, « une contestation de la littérature par la littérature elle-même ».

image par défaut
54 min

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.