LE DIRECT
Sur la nuit béante

Sur la nuit béante


Littérature mineure

Description

Je profite d’être quelques heures encore à Tanger pour t’écrire. On ne sait plus ces jours, distinguer ce qui, entre la poussière ou le brouillard enveloppe la ville d’un nuage épais et lourd. Ils ont détruit les bars de la plage, brûlé vifs des hommes et arraché des palmiers qui venaient d’être plantés. Tu ferais bien de ne pas revenir toi qui aimait tant danser au Morocco Palace. Pendant que je photographiais les démolitions, j’ai vu des hommes applaudir. De leurs djellabas blanches à travers lesquelles tu vois l’inclinaison de leurs sexes ils applaudissaient à tout rompre la mort de notre Tanger. Nous ne danserons plus Anne. J’ai peut-être trop aimé Tanger, sans provision.

L'oeuvre d'Aurore Claverie

Les dernières publications sur Aurore Claverie

April a disparu ou les mondes angoissants de Fabrice Colin
1h
Mauvais genres
LE 05/11/2016

Détour toute en inquiétude et noirceur, ce soir, dans les mondes de l'écrivain Fabrice Colin pour son dernier thriller : "Jenny".

Tôt ou tard... Quitter Tanger
1h
Création on air
LE 28/09/2016

Il n'est pas là. Il regarde ailleurs. Il attend que sa vie commence. Il attend à Tanger.

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.