LE DIRECT
Une mélancolie arabe

Une mélancolie arabe - Page 2


Seuil, coll. Cadre rouge, 2008

Description

Salé, près de Rabat. Milieu des années 80. Un adolescent pauvre court à perdre haleine. Vers son rêve, devenir metteur en scène de cinéma, vers sa star égyptienne : Souad Hosni - ailleurs, loin de son quartier, qu'il aime et déteste à la fois, qui veut le fixer dans une identité-cliché, dans la honte à jamais : le garçon efféminé. Un futur fou. Alors, il court... C'est sa seule force, sa seule façon d'affronter la violence de son Maroc. Détourner le regard. Dans cette course, il rencontre une bande de jeunes hommes qui essaient de le violer. La voix du muezzin appelant à la prière le sauve. Quelques instants après, il s'accroche à un poteau électrique, rencontre la mort. Une mélancolie arabe donne à voir et à sentir le corps possédé et poétique de ce jeune Marocain qui tombe quatre fois. A Salé. A Marrakech. A Paris. Au Caire. Il meurt. Il ressuscite. Avec ses propres images, il construit pas à pas son destin : sa vocation de créateur, son amour pour les hommes, le mystère des origines. Décrivant les désarrois d'un «je» en pleine bataille, Abdellah Taïa invite aussi à regarder différemment la culture d'un monde arabe qui, comme lui, tombe et renaît. - 4e de couverture - (date de publication : 6 mars 2008)

Les oeuvres d'Abdellah Taïa

Une mélancolie arabe

Une mélancolie arabeAbdellah TaïaSeuil, coll. Cadre rouge, 2008

Les dernières publications sur Abdellah Taïa

image par défaut
29 min
image par défaut
59 min
image par défaut
6 min
image par défaut
29 min
image par défaut
44 min
image par défaut
59 min
image par défaut
50 min
image par défaut
1h

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.