Programmes

Claude Simon


Ecrivain, prix Nobel de littérature en 1985
En savoir plus

Biographie de Claude Simon

Né à Madagascar, d'un père capitaine d'infanterie de marine dans les troupes coloniales, Claude Simon est orphelin de père dès le début de la Première Guerre mondiale. A l'âge de onze ans, il perd aussi mère et vit alors sous la tutelle de parents éloignés. Le jeune Simon fait alors ses études secondaires en tant qu'interne au lycée Stanislas, à Paris. Bachelier à seize ans, il prépare son entrée à l'Ecole Navale, mais, rapidement, se désintéresse de ses études supérieures et les abandonne pour satisfaire sa passion pour la peinture et la photographie. Durant la guerre d'Espagne, Claude Simon aide à approvisionner les Républicains en armes. Puis, il rentre en France, déçu par les querelles affaiblissant le camp républicain, et commence à écrire. Son premier roman Le Tricheur est publié à la Libération. Durant la Seconde Guerre mondiale, il échappe de peu à la mort, est constitué prisonnier, s'évade et, enfin, fait partie d'un réseau de renseignements de la Résistance. Ses rencontres avec Alain Robbe-Grillet (1956) puis Michel Butor (1957) transforme son écriture. En 1957, il publie aux Editions de Minuit, le Vent puis participe à la rédaction du Manifeste du Nouveau Roman publié dans la revue Esprit en 1958. Dans son œuvre la plus connue, La Route des Flandres (1960), Claude Simon juxtapose les souvenirs des membres d'une famille aux prises avec la débâcle de 1940. Patchwork d'émotions, de visions, de fragments du passé et de relations d'un présent chaotique, cette œuvre appartient pleinement au courant du Nouveau Roman. D'abord artiste peintre, Claude Simon écrit des compositions plutôt que des récits linéaires. Il détruit la narration, l'illusion représentative et ne recherche pas à reproduire le temps, la durée mais la simultanéité d'événements et d'émotions disparates. Alors qu'il a participé à la guerre d'Espagne aux côtés des Républicains, fait partie d'un régime de cavalerie décimé par les divisions blindées allemandes au cours de la Seconde Guerre mondiale et signé le Manifeste des 121 (déclaration sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie) ses productions littéraires ne sont ni moralisatrices ni engagées. Il considère en effet que l'art n'est pas destiné à véhiculer des messages idéologiques.

Dernières publications sur Claude Simon

22/01/2016

La Nuit du 3 au 4 décembre 2014

22/01/2016

La Nuit du 4 au 5 décembre 2014

22/01/2016

La Nuit du 5 au 6 décembre 2014

04/12/2014

Ecrivains du 20ème siècle - Claude Simon 1/3

Les Nuits de France Culture

04/11/2013

Retour sur l'œuvre de Claude SIMON

La Grande table (1ère partie)

27/04/2013

Trouver sa place dans la société : classes, trajectoires, identités...(nouveau retour..)

La Suite dans les idées

15/02/2012

Les causeries de Claude Simon

Pas la peine de crier

09/09/2011

Mireille Calle-Gruber

Du jour au lendemain

Ecouter le direct
Le direct