Programmes

Biographie de D'Julz

D’Julz a débuté sa carrière en 1992 dans les premières raves parisiennes. D’années en années, il a su personnaliser son style pour devenir l’un des principaux D.J de la scène française. Sa musique se situe à la frontière de l’Electro House et de la Deep Techno, teintées d’influences acid et funk. Ses sets font preuve d’un éclectisme et d’un métissage qui sont la marque des grands D.J.

Après avoir joué dans les premières raves et dans les principaux clubs de la capitale, le Rex, le Queen, le Palace, les Bains… D’Julz sort la toute première compilation mixée en France: rave master mixer vol .1 et profite de ce passeport musical pour s’expatrier pendant un an à New York.

Là-bas, il se retrouve rapidement booké dans les légendaires soirées new-yorkaises « NASA » et dans de nombreux clubs tels le Tunnel, le Limelight, Club USA, le Loft, ou encore le Nell’s.

De retour des Etas-Unis, sa réputation se répand dans tous les clubs d’Europe. On vient l’écouter au Café d’Anvers, au Fuse, Food, (en Belgique), au Plastic people, à The End (U.K), au Chemistry, Mazzo, Nighttown (Hollande) et à Ibiza, au Space, au Pacha, et au Km5.

Dans la capitale, D’Julz devient le résident officiel des deux meilleures soirées parisiennes: Magic Garden et Scream. Il est également un guest habitué des célèbres soirées Respect et des after au Batofar. Et, à l’occasion de la Techno Parade, il lui arrive de jouer devant plus de 200 000 personnes.

Depuis 1997, D’Julz se voit confier sa propre soirée mensuelle, Bass culture, et devient l’un des premiers résidents du célèbre Rex club. Ce statut prestigieux lui confère la possibilité d’inviter pour la première fois des DJ internationaux, et ainsi d’expérimenter de nouveaux styles qui vont contribuer à l’émergence d’un nouveau « son » à Paris.

Un peu plus tard, D’Julz lance une émission hebdomadaire sur les ondes de la radio underground n°1 en France : Radio FG.

Au cours de l’année 2000, sa carrière en tant que producteur décolle. Il sort des morceaux et des remixes sur des labels réputés, tels que Ovum, Serial, 20/20 Vision, Paper, Music for Freaks, End recordings…

Ses CD mixés D’Julz box et D’Julz boxes sont vendus dans plus de 26 pays et sont portés par la critique et les références élogieuses dans la presse. C’est le cas des magazines Muzik, Seven, Jockey Slut et des articles dans Ministry, DJ mag and Mixmag …

En 2002, D’Julz est élu 7ème meilleur DJ au monde par les lecteurs du magazine français TRAX.

Depuis, il continue de faire découvrir le son qui le caractérise dans les meilleurs clubs du monde. Ainsi, il a sillonné la planète, de New York à Tokyo, en passant par Londres, Moscou, Hong Kong ou encore Bogota. Cela lui a permis de devenir résident international à Barcelone, à Madrid et à Amsterdam, et de jouer régulièrement dans des clubs mondialement connus tels que Twilo à

New York, Tenax à Florence, Hoaman 17 à Jérusalem, Deep à Madrid, Back 2 Basic à Leeds et surtout d’être le premier DJ français invité de façon récurrente au célèbre club londonien Fabric.

En tant que producteur, D’Julz a gagné le respect de ses pairs, grâce à des disques comme le tube underground « Acid Trix » sorti sur le label Ovum, ou comme ses derniers remix des classiques « Computer madness » et « Jesus loves the acid », qui figurent en bonne place dans les playlists de Josh Wink, Laurent Garnier, Carl Cox , Mr C, Carl Craig, Derrick Carter, Tiefschwarz, Silicone Soul, Ivan Smagghe et même Steve Bug pour n’en citer que quelques-uns…

Ecouter le direct
Le direct