Programmes

Henry Purcell

En savoir plus

Biographie de Henry Purcell

Né à Westminster, Henry Purcell joua un rôle essentiel dans la musique de son époque, et ce à double titre. Il est le premier (et peut-être le seul) grand compositeur anglais alors que l’Italie et la France dominent la musique européenne et que l’Autriche et l’Allemagne s’apprêtent à les relayer. Par ailleurs, sa musique consacrée à la cour du roi, à l'église et à la scène développe une alternative aux écoles françaises et italiennes en en réalisant le synthèse.

Un jeune homme éduqué dans la musique Henry Purcell est né dans la banlieue de Londres Westminster en 1658 ou 1659. Il baigne dans un environnement musical dès la naissance puisque son père, qui est maître des chœurs de l'abbaye de Westminster, participe au premier opéra anglais, "le siège de Rhodes" en 1656. De plus, son oncle Thomas Purcell est musicien à la cour du roi Charles II, et son frère Daniel sera lui aussi compositeur. Il intègre très jeune le chœur de la chapelle royale, avant d'étudier la composition sur le modèle français, suivant les désirs du roi tout juste revenu de France. Purcell est d'abord nommé conservateur des instruments de la cour en 1673, puis succède en 1677 à Matthew Locke, alors compositeur de l'orchestre des "violons du roi". Deux ans plus tard, il monte encore en grade et devient organiste à l'Abbaye de Westminster à la place de son maître, John Blow. A partir de 1680, il commence donc à répondre à des commandes et écrit le chant de bienvenue au roi Charles II, "Welcome, Viceregent of the Mighty King". Il compose également pour la tragédie "Théodose ou la force de l'amour" de Nathaniel Lee.

Un succès rapide En 1682, après s'être marié, il devient organiste de la chapelle royale et sa réputation ne cesse de s'agrandir. Fidèle à la cour, il compose à partir de là des odes ou des chansons de bienvenue à chaque événement survenu dans la famille royale. Il écrit également de la musique de chambre et pour le théâtre. Sa première œuvre publiée est un "Recueil de douze sonates", paru en 1683. Deux ans plus tard, il est chargé d'écrire un anthem, intitulé "My heart is inditing of a good mater" en l'honneur du sacre de Jacques II. Il compose également pour le couronnement de Guillaume III et de la reine Marie en 1689, la même année que son plus grand chef-d'œuvre, l'opéra "Didon et Enée". Il s'agit du seul opéra qu'ait réalisé Purcell puisqu' après il compose des "semi-opéras", eux aussi très connus, comme "The Prophetess or the history of dioclesian", "King Arthur or the british worthy", "The fairy Queen" et "The Indian Queen", écrits entre 1690 et 1695. En 1694, il compose son célèbre "Te deum and Jubilate" en ré majeur, et révèle son savoir-faire en terme de chant à une ou deux voix. Henry Purcell décède en pleine gloire le 21 novembre 1695, à seulement trente-sept ans à Londres. Il est inhumé au pied de l'orgue de l'abbaye de Westminster, qui l'a révélé quelques années auparavant.

Dernières publications sur Henry Purcell

59min
28/07/2015
Odyssée baroque (2/5) : Purcell, la vie entre parenthèses
Continent musiques d'été - Multidiffusion

Ecouter le direct
Le direct