Programmes

Marie Dilasser

En savoir plus

Biographie de Marie Dilasser

« Me zo gwin ha te zo dour est une sorte de manifestation (c'est le mot qui me vient pour désigner cette chose un peu brutale que j'imagine être le « théâtre ») ou de parade en trois volets sur des questions identitaires qui vont avec le conditionnement (d'où la présence des animaux entre chacun des volets). J'ai choisi ce sujet, d'une part parce qu'il m'invitait à faire éclater la vieille et pauvre notion d'identité administrative collée à tout individu et, d'autre part, cela m'a aidée à élucider un peu plus mon « projet théâtral » dont le postulat de départ est de suivre toujours les mêmes personnages dans des situations, des relations et des lieux différents à des âges différents. Cela parce qu'une vie humaine est autant faite de « c'est comme ça » que de possibles et de virages inattendus. Ces personnages sont pour moi, en quelque sorte, des moteurs de recherche pour comprendre et analyser un monde qui me déplaît autant qu'il me plaît. Après, il est évident que le geste d'écrire du théâtre me fascine parce que c'est un moyen de faire travailler et de concrétiser des pensées qui me traversent (dans leur potentialité à faire «changer le monde») et que la représentation devant une assemblée remet en mouvement. Mais c'est un geste un peu difficile et parfois désespéré pour que je puisse en faire mon métier alors, comme j'ai la chance d'avoir rencontré un paysan qui élève quelques brebis, vaches et truies, alors, je me spécialise dans les truies et le théâtre. » Marie Dilasser Née en 1980 à Brest, Marie Dilasser a fait partie de la première promotion du département d'écriture dramatique de l'Ensatt (dirigé par Enzo Cormann), qui a ouvert ses portes en 2003. Me zo gwin ha te zo dour est son deuxième texte après Décomposition d'un déjeuner anglais, tous deux publiés par Les Solitaires intempestifs. Elle habite une ferme en Bretagne et continue d'écrire pour le théâtre et son cahier d'élevage.

Ecouter le direct
Le direct