Programmes

Paul Weller


musicien
En savoir plus

Biographie de Paul Weller

Paul Weller fait ses premiers pas sur la scène nationale britannique en 1977 avec son premier groupe : The Jam qu'il a formé quatre ans auparavant à Woking avec ses amis Steve Brooks (guitare), Rick Buckler (batterie) et Bruce Foxton (guitare rythmique). Paul Weller assure le chant et la guitare basse, c'est aussi un guitariste talentueux. Quand Steve Brooks quitte le groupe, Weller devient l'unique guitariste du groupe et persuade Foxton de prendre en charge la basse.

En 1977 une première vague de groupes de punk comme Sex Pistols, Buzzcocks, The Clash et The Stranglers est déjà sur le devant de la scène depuis un an. Même si la musique de The Jam peut être comparée à celle de ces groupes, en termes de passion, de composition et de paroles, le groupe se classe plutôt dans le courant New wave, plus tardif. Weller se différencie du punk y compris dans ses textes "What's the point in saying detroy?" et les Jam jouent en costumes noirs, cravate noire…

En étant juste à l'extérieur de Londres ils ne firent jamais réellement partie de la scène punk du centre ville.

Cependant The Clash avaient repéré le groupe. On raconte que Joe Strummer dans une conversation avec Paul Weller lui conseilla d'écrire des chansons sur ce qui le touchait, la société et la politique. The Jam assure d'ailleurs la première partie de The Clash lors de la tournée White Riot de 1977. Plus tard il arriva même souvent que The Jam obtienne plus de succès que The Clash au Royaume-Uni, au moins en termes de vente de singles.

In The City permet à The Jam d'entrer dans le top 40 anglais en mai 1977, et même si ce sera le cas de tous les singles suivants, il faut attendre deux ans et huit singles pour que The Eton Rifles entre au top 10 (no 3 en novembre 1979).

Leur style pop et politiquement engagé leur assure une popularité croissante, en 1980 ils atteignent pour la première fois la tête des ventes avec ce que beaucoup considèrent comme la meilleure chanson de Paul Weller Going Underground . On raconte que le succès de cette chanson fut un véritable hasard : il était prévu qu'elle sorte en face B. Quoi qu'il en soit, The Jam -et Weller en particulier- atteignent le rang de stars en Angleterre grâce à cette chanson. Weller était très influencé par des groupes des années 1960 comme The Kinks, The Small Faces et The Who, ses groupes préférés et dont l'influence est très perceptible dans la musique de The Jam. Il trouvait également l'inspiration dans le travail d'autres artistes : par exemple la ligne de basse du single Start ! est inspirée de celle de Taxman des Beatles. Leur troisième titre à être en tête des ventes, Town Called Malice , qui a renoué avec le succès en se trouvant sur la bande originale du film Billy Elliot en 2001, reprend la ligne de basse d'un titre de Martha Reeves & the Vandellas : Gettin' Ready for Love .

Au début des années 1980, The Jam devient l'un des plus importants groupes du Royaume-Uni. Ils deviennent le seul groupe (excepté les Beatles) à jouer deux chansons (Town Called Malice et Precious ) dans la même édition de l'émission Top of the Pops (Oasis et Manic Street Preachers feront de même quelques années plus tard). Le single That's Entertainment atteint la 21e place au Royaume-Uni alors qu'il n'est même pas sorti dans ce pays (un nombre très important de personnes l'ayant acheté en import d'Allemagne, pays où il était sorti).

Malgré cela, Weller, désireux d'explorer d'autres horizons musicaux, sent qu'il ne peut plus continuer au sein du groupe. À la fin de l'année 1982 Weller secoue la presse et les fans -ainsi que ses acolytes Buckler et Foxton- en annonçant la fin de The Jam. En une semaine leur dernier single Beat Surrender devient leur quatrième no 1 au Royaume-Uni, ce qui était encore rare à l'époque. Leurs concerts d'adieux à Wembley se jouent tous à guichet fermé. Leur dernier concert a lieu à Brighton le 11 décembre 1982. Une réception pour la sortie d'un single et les Jam ne furent plus jamais ensemble dans la même pièce…

Ecouter le direct
Le direct