Programmes

Biographie de REDeye

Sous ce nom mystérieux se cache un agitateur musical d'ici : Guillaume Fresneau de Dahlia. De ses longs moments d'adolescence passés au Texas, il garde un goût prononcé pour cette langue séminale du rock et une culture de la soul, du folk, du blues, de ces chansons qu'on chantonne avec la radio. Il garde aussi une culture du songwriting, passé et moderne (citant tant Bob Dylan, Leonard Cohen que Lou Barlow, Stephen Malkmus ou Eliott Smith...). Un premier album, sorti en 2008, s'inscrit comme un manifeste, l'affirmation d'une option artistique : This is REDeye. Trois nouveaux morceaux sont venu prolonger, depuis, ces sessions de travail et s'ajoutent aujourd'hui à cet album. Tout d'abord « Run away », morceau récemment utilisé pour la publicité Nouvelles Frontières, un hymne folk rock aussi obsédant que lumineux, où l'éloge de la fuite rencontre l'amérique des songwriters romantiques : « I never face my fears / I always run away ». Puis « Playful » et « Garage Loving » , deux autres morceaux joueurs et bricolés, qui viennent enrichir cet univers et prennent aujourd'hui tout leur sens avec cet ep. Pourquoi REDeye ? Comme les vols nocturnes (les « red eye flights »), ces morceaux sont nés en pleine nuit, coupés du monde, comme des berceuses lancinantes qui rattachent à un brin de conscience tout en se laissant aller au sommeil. Pour cet album REDeye s'est imposé un enregistrement avec des moyens limités, faisant le lien entre le LoFi historique et la technologie moderne : tout a été enregistré avec les éléments basiques d'un ordinateur, créant ainsi un genre de LoFi numérique. Un parti pris mis aux services de ballades à la fois brutes et délicates : des genres de croquis sans être des ébauches, des chansons prenantes, romantiques et élégantes, en mini-session acoustique Studio 168 ce mardi soir.

Dernières publications sur REDeye

06/05/2009

émission du mardi soir: La mini session de REDeye et littérature

Studio 168 | 08 - 09

Ecouter le direct
Le direct