LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Robert Badinter le 23 mars 2010 au Palais de justice de Paris.

Robert Badinter


homme politique, ancien président du Conseil Constituttionnel, ancien Garde des Sceaux

À ne pas manquer

Biographie de Robert Badinter

Robert Badinter est né en 1928 à Paris dans une famille d'origine juive de Bessarabie. Son père meurt en déportation dans le camp de Sobibor en 1943. Après la guerre, Robert Badinter commence des études de Lettres et de Droit puis s'inscrit au barreau de Paris en 1951 pour devenir avocat. Après avoir obtenu une agrégation de Droit en 1965, il devient maître de conférences à l'Université. Robert Badinter ne quitte pas pour autant les prétoires où il plaide contre la peine de mort, comme ce fut le cas dans sa défense en 1977 de Patrick Henry, l'assassin d'un petit garçon, qu'il fera condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. C'est en tant que Garde des Sceaux, fonction qu'il exerce entre juin 1981 et février 1986, qu'il fera voter au Parlement la loi sur l'abolition de la peine de mort finalement promulguée le 10 octobre 1981. Nommé par François Mitterrand, il devient par la suite président du Conseil constitutionnel jusqu'en 1995, date à laquelle il est élu sénateur PS des Hauts-de-Seine et ce jusqu'en 2011. En 2015, il participe à la réforme du Code du travail et publie avec le juriste Antoine Lyon-Caen Le Travail et la Loi .

Les oeuvres de Robert Badinter

Dernières publications sur Robert Badinter

Hamida Djandoubi, le dernier condamné à mort exécuté de l'histoire de France
icon/ cameraCreated with Sketch.
Vidéo
voir(4 min)
4 min
Abolition de la peine de mort en 1981 : l’aboutissement de deux siècles de débats parlementaires
Robert Badinter 1/15 : "Je suis un fils d'immigrés, à coup sûr"
26 min
Robert Badinter 2/15 : "Nous vivions à cette époque-là dans la nuit"
26 min
Robert Badinter 3/15 : "On ne vit pas quand on a 15 ou 16 ans tous les jours, à tout instant, dans l'angoisse et le chagrin"
28 min
Robert Badinter 4/15 : "Je dois énormément à Henry Torrès et en particulier ce que signifiait le métier d'avocat"
25 min
Robert Badinter 5/15 : "Il faut toujours prendre en compte que ce qui importe c'est ce que ressent celui qui vous écoute."
25 min
Robert Badinter 6/15 : "Cet immense voile de deuil crêpait cette cour et la guillotine était là : c'était stupéfiant à voir."
28 min
Robert Badinter 7/15 : "L'heure était venue et je devais placer les jurés face à la mort"
28 min
Robert Badinter 8/15 :  "D'une certaine manière, j'étais devenu le champion de l'abolition"
27 min
Robert Badinter 9/15 : "Mitterrand ce n'était pas Victor Hugo, il ne voyait pas la vie en poète mais en homme d'état et en homme politique"
25 min
Robert Badinter 10/15 : " La peine de mort, il était évident qu'elle allait être abolie ! Le problème était "quand ?" "
26 min
Robert Badinter 11/15 : "Il semblait que j'avais perdu en passant du Palais à la Chancellerie mes facultés de conviction. Je ne savais pas séduire, ni plaire."
28 min
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......