Programmes

Thomas Guillaud-Bataille

En savoir plus

Biographie de Thomas Guillaud-Bataille

Thomas Guillaud-Bataille, né à Oullins le 9 janvier 1979 et pas encore mort, est un auteur radiophonique français. Tour à tour délégué de classe, capitaine de l’équipe de foot de la Duchère en cadet, caissier chez Tati et Gibert, étudiant en Lettres modernes, reporter, il construit bon an mal an une œuvre qui compte parmi les plus méconnues de l’audiovisuel français, avec 30 sons parus entre 2004 et 2010 sur Arte radio et France Culture.

Travailleur forcené, fragilisant sa santé déjà précaire par des excès, Thomas Guillaud-Bataille est un des maîtres (in)contestés de la radio française dont il a abordé plusieurs genres : le reportage satirique avec Houellebecq Tour [1], le portrait sonore, l’auto-fiction poétique avec Cher Charles [2], le montage d’archives avec l’Encyclopédie de la parole [3], la Science fiction avec Ourapolpot [4], et le paysage sonore avec Les Panoramistes[5]. Mais ses créations pour l’Ourapo les plus célèbres comme S(on)+7[6] ou La Chute des Corps , qui constituent une part très importante de son œuvre, ont induit, à tort, une classification réductrice d'« auteur formaliste et superficiel».

Les études guillaud-bataillesques récentes soulignent au contraire l’importance de l’intime et du politique dans ses réalisations, dimensions qui, selon Roland Martineau, «ne disparaissent jamais totalement, depuis US Go Home et Aux Armes jusqu'à son Je me souviens par les sons ».

Thomas Guillaud-Bataille, qu’on appelle parfois TGB pour aller plus vite, est aussi l’auteur d’une Maîtrise de Lettres Modernes lue par deux personnes, et d’un court-métrage de fiction vu par moins de 20 spectateurs. Bien entendu l’ensemble de son œuvre ultérieure est contenue en germes dans ces deux travaux de jeunesse aux titres évocateurs : « Les tentatives d’adaptations cinématographiques d’ A la Recherche du Temps perdu » et « Ariane, duos et Arias » un film écrit d’après les 3 opéras italiens de Mozart.

Ni neveu de Georges ni fils de Nicolas, Thomas Guillaud-Bataille n’a pas d’ancêtre connu, et ne s’en porte pas plus mal.

[1] http://www.arteradio.com/son/20258/Houellebecq_tour

[2] http://www.arteradio.com/son.html?23844

[3] http://www.encyclopediedelaparole.org/

[4] http://www.arteradio.com/son/367023/OuRaPolpot

[5] http://www.geoffroymathieu.com/observatoire2.html

[6] http://www.arteradio.com/son/20321/S_on____7

Ecouter le direct
Le direct