Programmes

Anthony Magnier


Metteur en scène et comédien
En savoir plus

Biographie de Anthony Magnier

Directeur de la compagnie Viva la commedia, metteur en scène et comédien.

En autodidacte affirmé, Anthony Magnier décide de prendre en main sa formation artistique, multipliant les compétences et les rencontres : il intègre ainsi l’école du cirque, fait un passage par l’Université où il étudie la scénographie et l’histoire du théâtre, rejoint le collectif de la Mandarine (anciens élèves de l’ENSATT) et découvre avec le Théâtre des Loges la vie et le travail de troupe pour lesquels il se passionne. Très vite, son appétit de travail et son amour pour la Commedia dell’Arte l’amène à monter ses propres projets : c’est ainsi qu’il met en scène dès 1996 son premier texte original « L’orphelin des Limbes ».

Une rencontre déterminante

Sa rencontre avec Carlo Boso (metteur en scène issu du Piccolo Teatro de Milan) va marquer un tournant décisif dans sa construction artistique. C’est auprès de ce dernier qu’Anthony Magnier découvre l’Ecole Italienne.

Ce théâtre de tradition populaire exigeant et polyvalent lui offre enfin une voie d’expression à la hauteur de son énergie. Il y apprend la maîtrise de l’improvisation et du masque, se forme à l’escrime, au chant et à l’acrobatie. Pendant près de dix ans, il va jouer et collaborer aux mises en scène de Carlo Boso (Scaramouche, les Amants de Vérone, la folie d’Isabelle …) et rencontrer un succès qui dépassera les frontières françaises.

L’aventure Viva la Commedia

En 2002, Anthony Magnier décide de créer sa propre troupe « Viva la Commedia » dont il devient directeur artistique, metteur en scène et comédien. Sa volonté première est de regrouper autour de son désir de théâtre une famille de comédiens et techniciens dans un même élan de créativité, de continuer à explorer l’art de la commedia mettant en pratique toute l’expérience acquise au cours des dix dernières années.

C’est donc tout naturellement que sa première création est issue d’un pur scénario de commedia « La Princesse Folle » de Flaminio Scala où il trouve le moyen d’exprimer tout son savoir : le spectacle mêle improvisation, danse, chant, combat dans une folle énergie burlesque qui séduit le public. Il renouera avec cette pure tradition de la commedia dell’arte en 2006 avec la création de «Bellissimo ».

De la Commedia dell’arte à d’autres horizons

Fort de cette réussite, Anthony Magnier décide alors d’aller plus loin dans sa recherche théâtrale et d’utiliser ses connaissances et son expérience au service de grands textes du répertoire, de créer un pont entre l’univers « all improviso » et celui du texte classique.

Il se lance donc dans la création de « L’Illusion Comique » de Corneille où il va trouver le point d’union entre la folie, le comique, la liberté de la Commedia dell’arte et la puissance, la précision et la profondeur du texte du poète. Encore une fois, le succès est au rendez-vous.

Anthony Magnier renouvelle l’expérience deux ans plus tard en s’attaquant à un autre monstre du théâtre classique « Le Songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare, franchissant une étape supplémentaire dans son travail puisqu’il remplace le traditionnel masque de commedia dell’arte en cuir par des demi masques en silicone, épousant parfaitement le visage du comédien.

En parallèle, il se frotte à l’aventure du seul en scène, retrouvant ses premières influences théâtrales : Philippe Caubère et Dario Fo. Il monte « L’Histoire du Tigre » de ce dernier retournant à la base même du théâtre populaire : la jonglerie. Le spectacle, toujours en tournée après cinq années, se joue dans toute la France aussi bien qu’à l’étranger.

Enfin, l’année 2008 confirme la maturité artistique de la compagnie avec la création de « Tartuffe » de Molière, où Anthony Magnier abandonne le masque et l’improvisation pour créer un spectacle au plus près du texte de Molière, mais toujours habité de cette énergie et de cette jubilation propre à la Commedia.

Sa dernière création, Cyrano de Bergerac, continue cette exploration du texte classique en ouvrant de nouvelles portes esthétiques puisque c’est le premier spectacle véritablement tragique que monte Anthony Magnier. Il trouve dans l’univers d’Edmond Rostand une démesure à la hauteur de son imaginaire et de sa folie débordante.

Dernières publications sur Anthony Magnier

1h59
29/07/2011
Le CRIF : enjeux et perspectives
Les Matins d'été

Ecouter le direct
Le direct